Thérapie à base de fer

Thérapie à base de fer

Hémodialyse, carence en fer et anémie

Chez les patients en phase terminale de maladie rénale, l’hémodialyse est utilisée pour remplacer la perte de la fonction rénale et éliminer les déchets (p. ex. la créatinine et l’urée) du sang. Les patients subissant une hémodialyse régulière sont souvent carencés en fer en raison de la perte de sang fréquente associée à l’hémodialyse.

Insuffisance rénale chronique non dialysée (IRC ND), carence en fer et anémie

La fonction rénale diminuée chez les patients atteints d’insuffisance rénale chronique peut réduire la stimulation de la synthèse des globules rouges et l’utilisation du fer nutritionnel ou emmagasiné, ce qui peut entraîner une anémie même chez des patients non hémodialysés.

La directive sur les maladies rénales: «Improving Global Outcomes Clinical Practice Guideline for Anaemia in Chronic Kidney Disease»1 souligne l’importance de détecter et traiter la carence en fer avant toute chose dans le traitement de l’anémie.
Cette nouvelle directive montre que la thérapie à base de fer est un pilier du traitement de l’anémie et insiste sur l’importance de détecter et traiter la carence en fer chez les patients atteints d’insuffisance rénale chronique. La recommandation consistant à s’attaquer à toutes les causes d’anémie pouvant être corrigées avant d’initier un traitement par des agents stimulateurs de l’érythropoïèse (ASE) constitue un élément clé à cet égard. Le traitement à base de fer intraveineux est considéré comme une possibilité de traitement de l’anémie ferriprive qui permet d’éviter ou de réduire l’administration d’ASE, d’éviter ou de minimiser les transfusions sanguines, et d’aider à traiter les problèmes liés à l’anémie, car il peut favoriser l’érythropoïèse et faire augmenter le taux d’hémoglobine1.

Des informations plus détaillées sont disponibles sur le site KDIGO.

Références
1. Kidney Disease: Improving Global Outcomes (KDIGO) Anaemia Work Group. KDIGO Clinical Practice Guideline for Anaemia in Chronic Kidney Disease. Kidney Int Suppl 2012;2:279–335

Cardiologie, carence en fer et anémie

Une carence en fer survient fréquemment chez des patients atteints d'insuffisance cardiaque chronique. Elle est associée à un risque accru de transplantation cardiaque Les processus inflammatoires chroniques sont souvent la cause principale du métabolisme ferrique détérioré.

Dans ses directives actuelles sur le diagnostic et le traitement de l’insuffisance cardiaque aiguë et chronique, la Société Européenne de Cardiologie recommande fortement le traitement de la carence en fer par Ferinject® chez les patients atteints d'insuffisance cardiaque systolique1. Cette recommandation repose exclusivement sur les résultats de deux études cliniques en double aveugle, contrôlées contre placebo, évaluant Ferinject® chez des patients atteints d’ICC et de carence en fer – FAIR-HF2 et CONFIRM-HF3. Ces études ont démontré que le traitement par Ferinject® permet d’obtenir des améliorations significatives des symptômes de l’insuffisance cardiaque, de la capacité à faire de l’exercice et de la qualité de vie.

Des informations plus détaillées sont disponibles sur le site de l’ESC.

Références
1. Ponikowski P, Voors AA, Anker SD, et al. 2016 ESC Guidelines for the diagnosis and treatment of acute and  chronic heart failure. European Heart Journal. doi:10.1093/eurheartj/ehw128.
2. Anker SD, Comin-Colet J, Filippatos G, et al. Ferric carboxymaltose in patients with heart failure and iron deficiency. N Engl J Med 2009; 361:2436–2448.
3. Ponikowski P, van Veldhuisen DJ, Comin-Colet J, et al. Beneficial effects of long term intravenous iron therapy with ferric carboxymaltose in patients with symptomatic heart failure and iron deficiency. European Heart Journal 2015;36:657–668.

Oncologie, anémie induite par chimiothérapie

Certains patients cancéreux peuvent souffrir de carences en fer et d’anémie. Ces deux affections peuvent résulter de l'hémorragie chronique associée à certains types de tumeurs (p. ex. tumeurs gastro-intestinales) et aux changements dans l'utilisation du fer induits par la tumeur elle-même ou par différents types de chimiothérapie.

La version récemment mise à jour des «Clinical Practice Guidelines in Oncology for Cancer- and Chemotherapy-Induced Anaemia»1 du National Comprehensive Cancer Network recommande l’administration de fer intraveineux pour traiter la carence en fer chez les patients cancéreux. D’après ces directives, le fer intraveineux présente une meilleure efficacité que le fer administré par voie orale, plus fréquemment utilisé, et son administration devrait être envisagée en association avec les ASE.

Des informations plus détaillées sont disponibles sur le site du NCCN.

Références
1. National Comprehensive Cancer Network. NCCN Clinical Practice Guidelines in Oncology (NCCN Guidelines®). Cancer- and Chemotherapy-Induced Anaemia. Version 1.2013. Disponible sur: http://www.nccn.org

Gynécologie et obstétrique, carence en fer et anémie

Les saignements menstruels importants, les exigences élevées en fer d’un fœtus en croissance au cours de la grossesse et la perte de sang durant l’accouchement sont trois facteurs qui exposent les femmes en âge de procréer à un risque accru d’anémie ou de carences en fer.

Ménométrorragie ou saignements menstruels importants

Les saignements utérins importants représentent l’un des troubles gynécologiques les plus répandus et les plus économiquement significatifs. Dans la pratique clinique, ces saignement sont la cause principale de la carence en fer avec ou sans anémie.

Gastro-entérologie, carence en fer et anémie ferriprive lors de la maladie du côlon irritable

La carence en fer et l’anémie ferriprive sont des complications répandues chez des patients atteints de la maladie du côlon irritable (colite ulcéreuse et maladie de Crohn). Elles résultent de la perte de sang chronique et de l’inflammation chronique associée à la maladie.

La gestion du sang du patient dans la chirurgie élective, anémie préopératoire

Les interventions chirurgicales sont associées à la perte de sang. Les patients déjà anémiques avant une intervention ont un risque accru de recevoir une transfusion sanguine. La gestion du sang du patient se focalise sur l’évitement des transfusions sanguines en corrigeant l’anémie avant d’entamer la procédure chirurgicale, minimisant la perte de sang au cours de l’intervention et optimisant le traitement postopératoire de l’anémie.

Pédiatrie, carence en fer

La carence en fer et l’anémie ferriprive peuvent affecter les nourrissons, les enfants et les adolescents. Les jeunes femmes réglées présentent un risque particulièrement élevé de carence en fer.